From time to time a poem

More
07 May 2012 16:24 - 07 May 2012 16:29 #59436 by Alexandre Orion
Perhaps should I explain the above ...

A little over three years ago, a friend was in a sort of bluesy period. He dared me to compose a poem/song with a list of the words underlined, and bet me a pint that I couldn't get it done in a week.

:huh:

A week ? two or three hours later I traded him his blues song for my pint. What do you think ?

A/O

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson
Last edit: 07 May 2012 16:29 by Alexandre Orion.
The following user(s) said Thank You: Reliah, Acheron

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
07 May 2012 16:32 #59437 by Wescli Wardest
Those are good lyrics for a blues song and hold a lot of truth for the drinker. I think it is a rare glimpse into the mind of the self-medicating.

Monastic Order of Knights
The following user(s) said Thank You: Alexandre Orion

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
07 May 2012 18:39 #59444 by Alexandre Orion
Thank you, Clint !

When I wrote that I had in mind another friend who was on a particularly liquid downspiral (incidentally, he's much better now ...), who would, as happens frequently, drink to celebrate successes, and then drink to forget his sorrows. Then, of course, the inevitable result of such a sequence is that successes diminish as sorrow increases.

And this poor bloke did sometimes get tight, then get on a train, and well ... he had some 'interesting' adventures.

Have you, (have any of you seen) "The Irony of Fate" ? (Ирония судьбы) A 1975 Russian film that shows how sometimes the Force work through alcohol. That's of course, one point of view ...

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
09 May 2012 06:05 - 13 Jan 2018 23:29 #59723 by Alexandre Orion
Twice Told Tales
In these two times two dark eyes

Looking through twenty thousand years,

Twice broken hearts harmonise

With the rolling rhythm of blood & tears,

And fallen angels compromise

The stigma of their fears ...



For these two times tales to tell

Of shining devils, hearts of joy,

Were angels well before they fell

And given up to that employ,

Though two times twenty turns through Hell

Finds a smiling, brown-hair'd boy.



---



One stands over morning and the Other o'er twilight,

The sunrise shines on memories obscurred by pale moonlight,

Two times two dark eyes with twice heart-broken sight,

Two lovers lost in darkness as when the New Moon gouverns Night.



---



For these two times a glass of wine

On the Eve of Judgement Day,

Two devils dancing on the vine

In a most seductive way,

Blood & tears to make him mine

And the New Moon to make him stay ...



---



One stands over morning and the Other o'er twilight,

The sunrise shines on memories obscurred by pale moonlight,

Two times two dark eyes with twice heart-broken sight,

Two lovers lost in darkness as when the New Moon gouverns Night.
Alexandre Orion

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson
Last edit: 13 Jan 2018 23:29 by Alexandre Orion.
The following user(s) said Thank You: Reliah

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
10 May 2012 05:39 - 17 Aug 2016 10:39 #59881 by Alexandre Orion
Scarlet Lamplight

There are but minutes until Day
Shall sweep away the Night,
I watch you sleeping,
Softly breathing,
Beneath the Scarlet Lamplight…

I wonder what you’re dreaming,
And your dream finds voice so slight ;
A gentle whisper
Falls on this ear
Bathed in Scarlet Lamplight…

I gaze upon your peaceful form,
Which does so my heart excite,
And I listen for
A whisper more
To be heard in Scarlet Lamplight…

Now, you turn upon your side
And curl yourself up tight,
Uncovered there,
So bare, so fair,
So rose in Scarlet Lamplight…

Reflecting on the Life before
Such a vision blessed my sight,
My blue eyes made
A purple shade
Weep in Scarlet Lamplight…

You are my tranquillity
And my joyous delight !
Your security
In my custody
Is Love by Scarlet Lamplight…

The dawn breaks in the Eastern sky
Putting to rest the Night,
Now I must sleep
As you, in deep
Subtle,
Scarlet
Lamplight.
Alexandre Orion
May 1993

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson
Last edit: 17 Aug 2016 10:39 by Alexandre Orion.
The following user(s) said Thank You: Lycaenion, Reliah, V-Tog, Brick

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
12 May 2012 08:59 - 12 May 2012 09:01 #60203 by Alexandre Orion
Before the Storms :
The decline of the Auxiliari
Les quatre Auxiliarii servirent jadis l'Union
Assurant protection sous leur ardent fanion …
Winds whistled 'round the rocks the salty Siren Song
En Mare caelo confundere – when the gods could get along –
These winds had once filled full the sails of the shining, stately ships
Which for forty thousand generations made thrice-nightly trips,
Navigating through the stars the sombre Sea upon the waves,
Bearing bounty to all the borders in the ways a State behaves.

So, never knowing neither want nor war in civil peace-time sure,
Well tended by the communion of civic castes of conscience pure,
Of which were three, and these were we, were made to aid the Nine
For forty thousand generations in sidereal culture so refined
That the Fourth Order evanesced o'er some ten thousand years –
So that those shining, stately ships,
Making far less frequent trips,
Went unnoticed among our Spheres.
De moins en moins furent-ils, diminuant en nombre
Jusqu'à ce que cet Ordre ne fût plus rien qu'Ombre …
Thus, taken-time/space and peace as Natural law,
Such invalid conclusions as the Nine wouldn't draw
But for their coordination of our consciousness
Excluding that of even Peace there can be excess ;
When so slowly seasons change, hard is acclimation,
As winter winds of war blew down on the Nine times Ninety constellations !

And so it was and came to pass, in those days that were our last
The Academy, The Symposium & The Communion were recast
To try to understand a vice we had not ever known
In forty thousand generations of serenity to atone ;
No more Auxiliari, Eight of Nine were quarried prey,
But One that was on voyage,
The Third Aristos, and least in Courage,
Would not go down into the Piraeus – we jumped away.
La Paix, comme le soleil, la douceur de l'été
Les lunes se lèveront en armes à tempêter …
Prudence porte Providence, Imprudence pénurie
Tantôt faute de Courage, vous laisserait en Vie …
N'endiguez point l'ruisseau, pour pleurer qu'il ait tari,
Le jardin cultivé abrite Auxiliarii

Alexandre Orion
janvier 2012

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson
Last edit: 12 May 2012 09:01 by Alexandre Orion. Reason: to fix it ... what else ?
The following user(s) said Thank You: Reliah, Mello

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
15 May 2012 10:53 #60515 by Alexandre Orion
Pèlerinage

I

Par les grandes fenêtres de notre appartement du cinquième étage, tu regardes le ciel s’éclaircir de l’autre côté du Rhône. La tour du Crédit Lyonnais est toujours illuminée, ainsi que les lampadaires de la presqu’île mais dans quelques minutes, ils seront tous éteints, signe qu’encore une nuit blanche d’un samedi serait reblanchie par le matin du dimanche. Tu te diriges vers la chambre, où je dors, destinataire d’une mauvaise nouvelle qui transformera le calme du congé dominical en bagarre domestique. Tu serres les dents pour accroître ta détermination, et pénètres dans la chambre.

Comme partout dans l’appartement, le désordre règne résolument. Les journaux se mélangent avec des livres, quelques-uns renversés, ouverts sur des pages déjà oubliées, les habits sont parsemés copieusement sur le parquet, les tiens se concentrant dans le coin vers le placard, ouvert mais presque vide, et les miens empilés sur le fauteuil dans le coin opposé. Le désespoir de cet amas semble transfiguré par la faible lumière du petit matin qui filtre par les volets entr’ouverts. Au centre, sur le matelas, je repose.

« Allez… dis-tu. Réveille-toi, on a un petit problème.
--Hmmm, mais je n’en ai pas mangé, réponds-je depuis les profondeurs de mon rêve.
--Réveille-toi, répètes-tu en me secouant les épaules. »

Je me réveille difficilement en levant la tête, puis le torse, lentement et lourdement, pour fixer et focaliser ton visage. Quoi ? rugis-je.

« Ben, il n’y a plus de café, …
--Vas donc en chercher — dans une épicerie ou au fin fond de la Colombie, je m’en fous — laisse-moi dormir. Bon sang….»

Je me laisse retomber sur l’oreiller.

« …et le distributeur de la banque a confisqué ta carte bleue. »

Je me relève de nouveau.

« Pourquoi ?
--Pourquoi n’y a-t-il plus de café, ou pourquoi la banque a-t-elle gardé la carte ?
--T’es con, toi, je n’en ai rien à foutre du café. Je sais déjà très bien pourquoi il n’y en a pas — tu fais pédaler la cafetière sans cesse. C’est d’ailleurs pourquoi tu ne dors jamais — pourquoi la carte a-t-elle été confisquée ? Il y a plein d’argent sur le compte.
--Ben, je pense m’être trompé du code. C’est 2116, non ?
--Non.
--2611 ?
--Non plus…
--22…
--NON !
--C’est à ce moment-là que le distributeur m’a piqué la carte.
--Bah ouais, forcément !
--Je dois faire quoi maintenant ?
--Tu dois te barrer dans le putain de salon et me laisser dormir ! Après tout, c’était ma carte que tu viens de te faire confisquer. T’as déjà perdu la tienne…
--C’était pas de ma faute… dis-tu d'une petite voix en quittant la chambre. »

Je respire profondément par le nez, et expire par la bouche plusieurs fois, essayant de me calmer et de retrouver la quasi-tranquillité de mon sommeil. Les pensées noires, comme celles les plus fréquentes ces derniers jours, s’écartent petit à petit et le sommeil se réinstalle. Soudain, un cri d’angoisse, accompagné du grincement strident d’une guitare électrique, explosent dans tout l’appartement, voire tout le quartier de St. Paul. C’est un des groupes locaux de métal qui font état de ton goût en tout ce qui concerne la musique contemporaine. Je sursaute du lit, enfile un short et charge vers le salon, ne voyant qu’un nuage rouge.

« Putain de bordel de merde ! Qu’est-ce que tu bricoles ? Il est sept heures moins cinq un dimanche matin ! Il y a du monde qui dort, tu sais… ceux qui ont de la chance !
--Désolé, réponds-tu, la chaîne était à ce volume quand je l’ai allumée. Je baisse…
--Tu te fous de la gueule de qui, toi ?
--Personne. J’ai le droit de faire ce que je veux chez moi, non ? Tant que t’es réveillé, veux-tu manger ? »

Je sens mon visage rougir de colère. Je savais qu’il devait être bien pourpre. Je te regarde, assis sur le sol, tes jambes croisées devant la chaîne hi-fi en train de classer tes disques - sans aucun ordre particulier. J’ai beau vouloir dormir, le sommeil et mes rêves se sont éloignés de mes yeux, la vision remplacée par l’image d’un être avec qui je ne suis plus sûr de savoir comment vivre. Je me tourne vers la cuisine, où je trouve une scène stupéfiante. Toute la vaisselle de la maison est entassée dans l’évier, les couleurs sombres de la pourriture âgée de plusieurs jours expliquent facilement l’odeur qui m’accueille dès la porte. Les casseroles maculées de sauces séchées attendent sur le comptoir, et le débordement de l’évier représente déjà des heures de lavage. Mon moral, déjà bas, s’écroule au fur et à mesure que mes yeux font le tour de cette grossièreté. Sur la grosse plaque chauffante de la gazinière, une poêle contient une masse gélatineuse de couleur gris-jaune, parsemé d’herbes et de poivre. Je prends la spatule, tachée de ce qui semble être de la même composition que le contenu de la poêle et sonde la profondeur du mélange. Malgré la consistance équivalant à celle du caoutchouc, je réussis à identifier le cadavre d’une omelette cuite et refroidie depuis déjà quelques heures. Je la regarde pendant un moment, et avec un soupir me retourne vers le salon.

« Dis-moi, ce n’est qu’une théorie, mais c’est ce que je pense. Tu as fait encore une nuit blanche, tu as traîné avec tes potes jusqu’à qui sait quand, et quand tu n’a plus eu d’argent, tu es rentré à la maison. Tu avais faim, et donc tu t’es fait des œufs et des oignons, et c’est alors que tu as découvert qu’il n’y avait plus de café. Puis, tu as tout laissé dans la poêle pour aller en chercher, mais, voilà encore, tu n’avais plus d’argent. Tu as pris ma carte bancaire, ayant déjà perdu la tienne, pour aller retirer du liquide, tu t’es trompé trois fois de code, le distributeur a confisqué la carte et tu es revenu ici pour me réveiller et me parler d’un problème auquel je ne peux rien. Tout ça t’a pris, ô, à peu près trois quarts d’heure, et maintenant tout est froid et dégueulasse. Est-ce un peu comme ça ?
--Un peu…
--Et c’est quoi ce bordel immonde dans la cuisine ? Tu devais t’occuper de ça hier. Au lieu d’avoir une cuisine propre, c’est encore plus dégoûtant !
--J’allais le faire, mais Lolo et Fred sont passés, et ils voulaient qu’on aille jouer chez Sam. J’ai pris ma guitare et suis parti avec eux, et puis, ben, tu sais, l’apéro et le grignotage et ça dure…
--Et ça dure… répété-je. Ben, puisque je ne peux dormir, est-ce que tu veux descendre avec moi faire un tour au marché et prendre un café dehors ?
--Nan, réponds-tu, te levant et faisant quelques pas vers la chambre. Je suis naze et vais aller me coucher. Si tu fais le marché, pourrais-tu ramener du café ? »

Je ne peux répondre que par un regard glacial.

Tu rentres dans la chambre et t’installes à la place que j’ai récemment occupée, fait qui me laisse épaté, à contempler les milliers de questions qui me passent par la tête. Ça fait des semaines qu’il n’y a plus aucune entente entre nous, et nous nous distançons de plus en plus. Ou c’était peut-être moi qui étais de moins en moins tolérant. Je ne sais vraiment pas ; l’entretien de mes relations amoureuses n’a jamais réellement été mon fort. Le soleil du matin éclaire la pièce par les grandes fenêtres du salon. Je m’y dispose et laisse ma vision suivre le paysage de Lyon, une vue qui sait me plaire depuis huit ans. Enfin, je me tourne, passe brièvement dans la chambre pour récupérer mes vêtements, m’habille et pars de l’appartement, claquant aussi fort que possible la porte derrière moi.

II

Le passage au marché du dimanche sur le quai de la Saône est très bref. Aussi fatigué qu’agité par l’enchevêtrement d’émotions suscitées par l’état de mon couple, je ne trouve pas de courses à mon goût. Je jette un bref coup d’œil dans la direction du Bistrot de la Pêcherie, mais prendre mon café au milieu d’une telle foule ne me tente aucunement. Je veux être solitaire, sans être seul ; je veux parler, pleurer, rire… je veux savoir qui je suis… et qui tu es… et pourquoi le ‘nous sommes’ dans l’équation est si variable.

En marchant, mes pensées tournent vers le passé. Ma vie fut très curieuse. Un jeune homme de vingt-deux ans, je fus trouvé naufragé et presque noyé sur la côte d’Aquitaine. Malgré une recherche intensive, mon identité et mes origines restent un mystère. Je ne parlais ni la langue française, ni d’autre langue, et dus passer plus de deux ans dans un hôpital le temps que ma rééducation se fit. C’est pendant ce temps-là que je me suis prouvé doté d’une compréhension particulièrement habile en mathématiques et en physique, encore que les principes les plus avancés me semblaient toujours très naïfs. Les médecins et les assistants sociaux chargés de mon cas firent en sorte que je passe le bac et entre à l’ENS. Les années passèrent, j’obtins mon masters et puis mon doctorat, je réussis l’agrégation et devins prof de physique à l’ENS de Lyon, et menais une vie qui me plaisait malgré mon manque apparent de biographie.

Puis, nous nous connûmes...

C’est une histoire réellement trop conne. Tu travaillais dans un des bars sur la montée de la Grande Côte. Petite créature mystique avec des yeux qui souriaient à ta place, tu es devenu ma toute naturelle surréalité. Depuis le jour où nous allâmes ensemble chercher un sandwich après s’être croisés par hasard lorsque nous nous baladâmes séparément un dimanche après-midi, je suis amoureux de toi. Toi, intrigué par mon histoire bien différente de celle d’autres, tu croyais l’être de moi aussi, et pendant le temps qui suivit, nous jouîmes pleinement de cette bénédiction incroyable.

Le destin punit avec la même impunité qu’il bénit, et aussi brusquement l’un que l’autre, ou les deux…

Comme toute histoire réellement trop conne, elle se vit d’une façon réellement trop catastrophique. Je suis accablé par ta force de caractère, qu’en même temps je trouve ravissante, par ton goût pour la société artificielle et consommatrice, qu’à la fois je trouve rafraîchissant, par ton obstination, ton égoïsme, ton dévouement … Je te hais pour les qualités et les défauts qui me font t’aimer, et cela me fait plus mal que ma crise perpétuelle d’identité.

III

Tu ne somnoles qu’entre trois et quatre heures, ayant réglé le réveil afin de ne pas te permettre de sommeiller toute la journée. Tu éteins deux fois la sonnerie pour perpétuer ton repos, mais sur la troisième, tu ne te rendors pas. Tu restes là, les yeux semi-fixés sur le plafond couleur tabac à la crème tournée, et le rêve que tu étais en train de voir, peut-être, s’éloigne de ta surréalité préférée. Le radioréveil beugle toujours la musique d’Europe 2, mais seulement aux voisins à cette hauteur du quartier par la fenêtre que tu as laissée ouverte.

Tes pensées te rongent. Tu ne veux pas partir, mais tu ne veux pas demeurer non plus. Tu te remets à l’époque avant l’établissement de ton couple, mais n’as aucune envie de la confusion ou l’ambivalence auxquelles tu fus confronté tous les jours. Cependant, tous ces jours sont remplis de la confusion et de l’ambivalence.

Tu sondes par un coup d’œil jeté vers la porte de la chambre. Il n’y a aucun signe de vie, mais tu ne soupçonnais guère d’en apercevoir. Il a sûrement rencontré quelqu’un sur le marché. L’apéro commence… te dis-tu.

A onze heure et quart, tu émerges de la chambre avec ta léthargie ordinaire qui précède la première tasse de café, de thé ou d’un quelconque liquide que tu trouves. Ce matin, c’est de l’eau. Rien n’a changé dans l’appartement depuis l’aube ; la cuisine est toujours sale et comblée de la vaisselle datant d’au moins la semaine dernière, la salle de bains n’est pas en meilleur état – voici, tu remarques que tu n’as pas vidé l’eau de ton bain d’hier – et le salon n’est qu’une extension du désordre de la chambre, où des pulls, des chaussettes célibataires et de vieux journaux ont pris résidence depuis un nombre de mois.

Tu te mets devant la télé, zappant entre chaînes sans discerner précisément ce que tu viens de passer. Tu te sens blasé, mais d’une certaine énergie endormie. Tu cherches une métaphore pour l’étrange sentiment qui te vexe autant qu’il suscite une tension plutôt calme, mais tu n’en trouves pas. Il faut faire quelque-chose ! te dis-tu.

Cette intention incertaine devance de très peu une marée de frustration et d’écœurement qui s’annonce subitement dans ton corps enraidi d’anxiété. Tu saisis un torchon que ta main a localisé aveuglement sur le dossier d’une chaise de table, et par un geste que tu ne seras même pas sûr d’avoir fait, tu l’envoies vers l’autre côté de la pièce. Il arrive sur la cheminé, renvoyant sur le coup les bougeoirs en cristal fièrement présentés sur le linteau que l’on nous avait offerts pour notre crémaillère. En voyant les lumignons fins se briser dans la poussière du sol mal entretenu, ta torpeur se dissipe, et laisse dans son vide le pressentiment funeste que tu as oublié une chose que tu n’avais jamais vraiment sue.

IV

J’arrive à l’aéroport Saint Exupéry, et lors d’une très brève conversation avec le responsable du guichet d’Air France, je paye, par chèque, mon billet d’avion. Le payement par chèque n’est pas difficile à négocier, mais l’achat d’un billet vers une destination ‘sud d’ici’ s’avère plus dur à comprendre pour les gens qui se spécialisent en rendant les gens où ils veulent aller. Ce jour, moi, je n’ai pas la moindre idée – et en fait, je m’en fiche totalement – d’où je veux aller. Tout ce que je sais, c’est où je ne veux plus être. Je n’ouvre même pas l’enveloppe. Quelques surprises dans la vie y ajoutent du piment. Tout ce que j’ai besoin de savoir, c’est quelle porte prendre. Le bordereau et le sommaire de l’itinéraire rangés dans la poche de ma veste, un sourire sournois m’accompagne jusqu’au portail…

Je m’installe dans l’avion, très content de moi-même et ressentant une exhortation intense. Voulant m’en aller, je m’en vais…

Comme l’avion rampe en vitesse avant de quitter la terre, il me semble bien que plusieurs sirènes trompettent dans le sens de l’aérogare et de la ville. N’ayant plus d’intérêt pour ces faits divers banals desquels je prends congé pendant une durée indéterminée, je me laisse transporter par le bourdonnement des moteurs à réaction, et le sommeil vient me séquestrer dans une bulle de reflet plus brillant que mille soleils.

V
Tu ranges… lundi

Tu te réveilles vers les treize heures. Tu te sens solitaire. Tu l’es certainement. La seule autre présence dans l’appartement à part toi et les asticots qui gouvernent la cuisine, est le silence. Tu te lèves mollement, n’ayant envie ni de rester dans la chambre, ni de voir l’état inchangé des autres pièces. Tu n’éprouves pas non plus d’enthousiasme sautillant à faire le ménage.

L’autre, qu’est devenu mon titre affectueux dans tes pensées, ne suis pas rentré cette nuit. Tu te rappelles que tu t’en fous, ou au moins, que tu ne veux y en être pour rien. Tu te sens cependant, froissé. Monsieur le professeur, dis-tu dans le vide, agrégé que tu sois, tu ne gagneras jamais un concours de fidélité ! Tu imagines que je sois avec Unetelle ou Untel, en train de déjeuner dans une belle ambiance tandis que tu restes là comme un con dans cette décharge indescriptible. Tu m’envisages en pleine discussion sur la politique ou la philosophie avec des gens trop tragiquement casse-couilles. Encore, tu te lances toi-même le rappel que tu n’en as rien à foutre !

Cherchant dans le tas de tes vêtements pour une chemise pas encore trop froissée, tu te demandes combien de temps faudrait-il à mettre tout cela dans un sac, dans l’optique de foutre le camp. C’est tentant comme notion. En te relevant, tu te cognes douloureusement la tête contre la poignée de la porte du placard, déclenchant une belle symphonie de gros mots et la réponse d’une mandale dans la porte, qui se moque encore de toi en se rouvrant aussitôt que ta claque l’avait fermée. La main toujours posée sur la bosse se formant sur ta tête, tu considères l’espace vide dans le placard, les quelques cintres accrochés à la penderie et la multitude au fond. Puis, tu surveilles le paysage de la chambre.

Ben, ça prendrait le même temps d'emballer tout ce bordel que de le remettre en ordre. te dis-tu en prenant un cintre de ta main libre…

VI

Il se dit qu’on ne dort pas bien dans un avion. Je confirme. Le bruit du vol, de l’équipage ou des autres passagers, est dérangeant. La position du siège, ni assise ni couchée, s’avère aussi confortable qu’il serait de dormir dans une machine à laver. Pourtant, quand on est vraiment fatigué, la machine à laver, même celle d’une laverie comblée de monde, bruyamment en marche, se propose en tant qu’un lit tout à fait convenable. Je suis vraiment, vraiment, fatigué…

Dans ce sommeil perturbé, nullement profond, les rêves se mêlent au visible. Les écluses de l’esprit qui séparent les passages entre les diverses conditions d’existence s’ouvrent et toute la soupe de l’expérience humaine se déverse en une seule flaque ontologique.

Par moments, ce sont les nuages d’un ciel méditerranéen qui flottent à l’autre côté du hublot, et par d’autres, la fenêtre me paraît plus large, encadrant la vue sur un tunnel de lumière filant rapidement par vagues de splendide couleur. Je ne vois pas l’interversion entre la gentille mamie suisse qui me montre des photos de ses petits-enfants (elle ne remarque pas que mes yeux sont des portes battantes ?) et un homme qui ressemble drôlement à un poisson qui baragouine à prpos d’une guerre quelconque (c’est ça un prof d’Histoire ?). Subséquemment, tout disparaît…

VII
Tu fais le ménage… mardi

Tu bois d’une cannette de bière du pack que tu avais pris pour rendre la tâche devant toi encore plus supportable. L’autre ne suis toujours pas rentré, et bien que tu te rassures constamment que tu t’en moques, tu en es pourtant assez vert. Pour avoir un peu d’argent, histoire de manger et surtout disposer d’un fichu paquet de café, il a fallu que tu ailles à banque, et pour cela, il a fallu que tu cherches ta carte d’identité. Tu l’as trouvée, bien planquée dans la poche d’un short que tu n’as même pas porté dehors dans les trois mois précédents. Encore un de tes parcours coutumiers : trois heures et demie pour trouver la carte, une heure cinq pour faire la banque et les courses.

Ce n’est pas ma vie ! brailles-tu.

Tu commences par le salon, et la rangée montagneuse de journaux, magazines, livres et prospectus, qui donnent l’impression que nous ayons décidé de transformer la pièce en maquette du Tibet. Tu vides un cendrier bourré au débordement de mégots.

Ça m’arrangerait pas mal que tu cesse de fumer, annonces-tu.

Toute une journée consacrée à un nettoyage total de la maison n’est guère ton genre, mais tu savoures l’idée du gros coup de culpabilité que Monsieur le professeur vais manger lorsque je consentirai à une rentrée chez nous, tout rangé, nettoyé et lavé, et que tu ne seras plus là. Ainsi remplis-tu un carton de la vieille presse pour la descendre au recyclage en même temps que ta vie.

VIII

Je n’ai rien senti. L’avion n’est plus qu’un lamentable amas de débris sous un ciel gris, mouvementé et très étrangement froid. La catastrophe qui a abattu l’appareil a dû être foudroyante car rien autour ne reste. Pourtant, je suis en vie. Peut-être le sont-ils aussi, les autres passagers, car il n’y a ni corps, ni cadavre dans ce naufrage curieux. Ont-ils tous survécu, mais m’ont abandonné, me croyant mort ?

Est-ce la mer que j’entends de tout près ? On a dû rater l’atterrissage.

En tous sens autour du site, le paysage témoigne un cataclysme d’une plus grande échelle. Par mes yeux larges ouverts par le choc, la vigilance et la terreur s’accroissant, je scrute la scène désastreuse qui se révèle, non localisée aux restes de la machine, mais relativement hic et ubique. A ce moment, je me rends compte que les débris près de moi n’ont jamais étés un avion. Les détritus, informes et d’une composition inconnue, se répandent sur l’horizon actuellement derrière moi, jusqu’à la falaise – je pense qu’il s’agit d’une falaise – au-delà de laquelle tourbillonne une mer coléreuse sous un ciel cicatrisé.

Dans une telle situation, on ne court pas. On ne crie pas. Aucune expression de l’instinct ne peut canaliser l’émotion qui fait à la fois appel à tous les mécanismes de survie et à l’artifice de contrevérités pour pouvoir accepter, tout en la rejetant, la somme de la perception. La question existentielle où suis-je ? ne point jamais, car toute épreuve d’existence semble remplacée par une matière plus conséquente. J’amorce un chemin peiné dans le sens opposé de la mer, vers ce qui semble avoir autrefois été une structure, voire, des structures. Là, craquant sous le poids de mon pied, se décèle une ossature ignorée : un crâne tourné toujours vers le ciel qu’il regardait naguère, les orbites désemplis de tout organe de vue.

IX
Tu sors… mercredi

Tu finis le kebab que tu as décidé de prendre pour ne pas dégueulasser l’appartement que tu as mis toute ta peine pendant toute la journée d’hier à rendre parfait. Tu ne sais toujours pas où je suis, avec qui, ou ce que je fais. Ça te ronge. Tu sors ton portable. Le premier appel que ta fierté fanant t’autorise tombe sur le répondeur. Tu raccroches sans laisser de message. Sans y réfléchir, tu te diriges vers les pentes, et vers un verre ou deux que tu estimes franchement mérités. Voire une bonne cuite, si l’envie te prend…

Tu pousses la porte des Guignols de l’Apéro, un café que tu aimes bien fréquenter pour son ambiance bien peinard et ses prix pas trop chers. Les tournées de canons ont déjà commencé depuis il y a quelque temps, chez Lolo, Fred et Sam, dès lors installés autour de la table habituelle.

« Hé, les gars, regardez… un revenant ! Salut, Vieux ! Tu fais quoi depuis samedi ? On t’a cru mort, annonce Lolo.
--Je suis resté à la maison, pépère. L’autre n’est pas là. J’en profite, réponds-tu, incertain d’à quel taux s’élève le profit factuel.
--L’autre n’est pas là ? ‘After’ chez toi alors… non ? dit Sam. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent…
--Nan. Pas envie de refaire le ménage. J’en ai eu pour dix heures hier. Ça suffit. »

Tu commandes un demi au bar et le vides en quelques secondes. Tu en commandes un autre, puis te déplaces pour rejoindre les autres à la table. Ni ta gestuelle d'ivrogne au bar, ni tes mouvements ne reflètent aucunement ta verve usuelle. Tes amis discernent tout de suite que tu n’es pas au faîte du moral.

« Qu’est-ce que t’a ? Des soucis ? demande Fred.
--Nan, c’est rien, désavoues-tu.
--Si, quand-même, réaffirme Lolo, depuis quand on s’est pas mis une race chez toi quand ‘L’autre’ était pas là. Y’a quelque chose.
--Non, sérieux. On s’est disputés, mais c’est fini. Laisse tomber…
--C’était quand ? demande Sam, incrédule.
--Dimanche. Et en fait, les gars, je l’ai pas vu depuis. C’est bizarre.
--Tu penses qu’il s’est barré ? Il t’a même pas contacté ? questionne Fred.
--Parlons d’autres choses. Ça me gave…
--On te l’avait dit, gars. Déjà, à part le fait que ce soit un homme… ça c’est pas normal… et en plus c’est avec ce type là. Qu’est-ce que tu fous avec un truc pareil ? Rien à voir avec toi, gars ! C’est un espèce de bourgeois prof de ‘qui sait quoi’, disserte Lolo.
--On cale l’affaire ? suggère Sam, voyant que ce discours te brosse dans le mauvais sens du poil.
--Mais non, ça fait déjà longtemps que ça dure ! Il est temps qu’il écoute un peu de raison.
--T’es sûr d’avoir raison ? lui demandes-tu.
--Ouais, c’est pas dur. T’es un mec, t’es avec un mec. C’est con. T’es un anar’ avec un bourgeois. Deux fois con. Il te traite comme une merde, tu restes avec. Trois fois con. Basta !
--J’suis pas un anar’… Il me traite pas comme une merde. Parfois il me traite comme un moins que rien, et c’est là que ça merde. Il s’est barré dimanche matin fou furieux, et n’est pas encore rentré. Voilà… maintenant tu me lâches ?
--T’es con… il se sert de toi pour se croire philanthrope. Un type comme ça a besoin de se sentir parfait, comme son entourage. Tout son beau monde doit être parfait. Et un petit bogosse comme toi, tu fais partie de son jeu de folle branchée. Tu n’es qu’un de ses accessoires, gars.

Un coup de colère te prend et te surprend. Le barrage se brise :

« Hé, gars… Tu n’es qu’un faux anarchiste qui n’as pas de conviction ! Tu ne sais même pas ce que c’est, l’anarchie. C’est pas ta façon de foutre le bordel parce que tu t’ennuies de ta vie ! Tout ce cinoche où tu chies sur les gens bourgeois, c’est que de la merde ! Je suis venu chez toi, et j’ai bien vu que tes vieux sont pas mal friqués ! Tu veux parler des bourgeois ? L’anarchie est un concept ! C’est le concept de se gouverner correctement, sans la loi pour dire ce qui est bon ou mauvais. Tu te crois anarchiste ? Avec tous tes ‘C’est con’ et toujours chez tes parents à vingt-six ans et dans les bars tous les jours ? Ça, c’est con ! Ça s’appelle pas ‘anarchiste’, ça s’appelle ‘fêtard’ !
--Ça commence à bien faire, espèce de pédé ! Tu débarques ici tout larmoyant à cause de ton boy-friend et maintenant tu penses m’envoyer chier comme ça … ?
--Je ne suis pas pédé. Je l’aime parce qu’il me va. C’est si simple que ça. Il me plaît plus que ces pouffes usées que tu récupères et recycles sans cesse ! Au moins avec lui ça se frite parce qu’on est borné de la même façon. Personne n’est parfait, mais il y a une grosse différence entre ‘être con de temps en temps’ et ‘préférer être con en permanence’ parce que tu crois que c’est cool. Contre toi, c’est trop débile, avec toutes tes idées reçues et ta mythomanie démesurée…
--Ouais, mais ça l’a pas empêché de te larguer comme la grosse merde que t’es… »

Tu le martèles de chacun de tes deux poings avant que Fred et Sam puissent intervenir. Le barman t’ordonne de partir sur le coup, et jetant cinq euro sur le bar, tu t’en vas. Et malgré la mauvaise tournure qu’a prise cette fin d’après-midi, tu prends le chemin vers la maison vraiment content de toi-même. Tu n’as pas convaincu Lolo de la moindre chose. Personne ne le peut. Tu t’es néanmoins persuadé de ce que tu voulais que je rende clair pour toi. Ce n’était pas ma place de le faire. On a beau se gouverner de la meilleure façon possible pour être bien l’un avec l’autre, la pratique n’est pas toujours évidente.

Tu te souviens de ce que disait un vieux professeur de philosophie. Il prônait trois règles cardinales de la vie :

Aimer davantage (peu importe qui ou pourquoi)
Ne pas haïr (peu importe qui ou pourquoi)
Ne pas se prendre trop au sérieux (pourquoi pas ?)

Parvenu à la passerelle St. Vincent, tu trouves la ville vraiment pittoresque dans cette nouvelle clarté, voulue depuis longtemps.

X

La vague de nausée monte dans ma gorge depuis la région la plus infectée de mon spleen, et je m’affale en avant, vomissant le contenu de mes désirs les plus sacrificiels. Cette scène de dénaturation, la pitié de moi, la peur de vivre et le refus de la mort maculent le sol poussiéreux de tous nos jadis. Puis, avec les yeux engloutis de larmes salées de la culpabilité singulièrement profane, je perçois la lumière du jour, comme pour la première fois…

Devant moi se dresse ma ville, non pas bâtie, mais ensemencée de sa propre vie à elle, composée de cristal et fibres organiques, respirant placidement sous son parasol. La coupole du dôme reflète aux angles réguliers toutes les belles couleurs vivaces ciselées de la lueur intense de l’astre du jour dans un ciel d’azur impeccable. Toutes les perceptions de la dernière minute ne se sont pas tempérées dans ce passage d’un paysage à un autre — elles se sont tout complètement et instantanément régularisées en un continuum vaste, inépuisable, éternel…

J’essuie inconsciemment les dernières larmes de mes yeux et le résidu de ma bouche avec le bout de ma manche, n’ayant plus aucune idée, et guère de souvenir, non seulement de pourquoi je pleurais, ni d’avoir pleuré. La Terre, une petite planète méconnue, primitive et barbare à quelque trois-cents années-lumière, ne fait plus partie de mes pensées. La France, Lyon, mon métier et mon cœur brisé sont tous dissipés dans l’évanescence de non être, de non lieu. A la place où, si d’autres réalités s’étaient convergées, on trouverait une flaque de vomissure, se trouve seulement une grille de symboles inconnus en bleu et jaune, marquée LCL en haut. Je ne sais pas, ne sais plus, ce qu’est le petit calendrier, et tandis que le vent austral l’emporte au golfe, mon attention se tourne vers la ville, encore et toujours le chez moi si désespérément souhaité.

Tu es là, et je te connais, mais tu es un autre toi ; tu es chez nous… un autre chez nous… et ce chez nous est beau et bon. J’en suis parti ce matin me balader alors que tu dormais. Nous nous sommes disputés le soir, ou était-ce le matin ? Le souvenir de la cause n’est pas net. C’était par rapport à quelque chose de trop con, comme d’habitude. Pas de café ? Je m’égare passagèrement dans ce moment-là, rempli d’échos distants :

« … tu penses à quoi ? me demandes-tu.
--Je ne veux pas t’en parler, te retorqué-je. »

Je longe l’esplanade qui monte par gradations minimales sur le tertre surplombant le bassin du spatioport. Pourquoi suis-je venu jusqu’ici ? Cela m’est un troublant trou de mémoire. Entendant la rumeur familière des ailes d’une embarcation glissant sur le tarmac, je regarde dans ce bref temps, la grâce d’un vaisseau vert-jaune et couleur chair, lorsqu’il plane au long de la piste, puis par une vive accélération, bondit au-dessus de la mer, et disparaît au-dessus du plus haut de la stratosphère. Depuis que j’étais petit, j’ai toujours aimé observer ce miracle.

L’enceinte du spatioport est florissante d’activité. Les ressortissants des centaines de mondes dans l’Union se mêlent dans un panachage de cultures diverses ; une véritable mosaïque surhumaine. Toutes les couleurs de toutes les formes de vie s’harmonisent ici dans cet endroit paradisiaque, cultivé de toute la force de l’évolution universelle. Toute la beauté vivante de la galaxie passe par ici, et elle nous apporte une richesse inappréciable par les usages communs du langage. Comment peut-on ne pas se réjouir pleinement d’une telle bénédiction incroyable ?

La sortie sur l’artère périphérique redonne une merveilleuse impression de la présence de la ville. En s’acheminant par ici, on ne peut s’empêcher de contempler la hauteur du dôme, ses milliers de facettes étincelantes de toutes les couleurs de l’éventail, couvrant les tours du centre, en forme de poussées cristallines, flèches hautes d’un kilomètre. J’ai dû passer par ici maintes fois, pensé-je, mais toutefois c’est comme si je le voyais pour la première fois depuis …

Une ligne de tram serpente élégamment vers la voie où j’attends mon transport au centre. J’éprouve l’envie de m’installer sur la terrasse d’un café, de me délecter de cette journée magnifique à ne sais-je effectivement pas quel point, d’être dans le présent moment exactement et totalement. J’y monte, et m’adonne au chemin du retour chez nous.

XI

Je descends du tram sur un passage élevé, par-dessus et par-dessous lequel plusieurs viaducs et passerelles de largeurs variables tissent une toile d’araignée symétrique en cristal, ivoire et pierres colorées entre les cinq grandes tours blanches en verre et calcite qui forment le pentacle du centre de la métropole. Je mire longuement leur ensemble, régulièrement placées autour du grand château d’eau, couronné par une fontaine exquise. Tout le long de ces promenades, aux intervalles réguliers, on voit des arcades ouvertes, présentant des boutiques, restaurants et cafés aux passants. La lumière du jour qui tombe par le plafond du dôme de la ville, et cascade sur et autour, voire à travers, les structures supérieures, donne l’image d’une pluie de couleur se reflétant différemment selon la surface frôlée.

Toute cette splendeur a toujours été dans la mémoire collective de notre peuple, et autour du globe, toutes les villes se construisirent de cette même bio-architecture. Cette ville pourtant, a pour particularité son majestueux dôme, une ombrelle toute naturelle qui, selon la légende millénaire, a poussé en un seul jour et s’est épanouie comme une fleur de spath, large comme l’île qu’elle abrite. Vieille de quarante mille ans, elle reste perpétuellement d’une admirable fraîcheur.

Je prends ma pause sur la terrasse d’un café sur le cours entre deux tours, dont l’une où nous habitons. La terrasse est suspendue dans le vide, offrant une vue sur tous les quartiers sur le côté nord-ouest de la ville jusqu’à la mer, qui n’est pas moins que totalement spectaculaire. D’ici on peut voir les artères principales de l’agglomération et la circulation des véhicules légers et des tramways serpentins montant et descendant sur tous les axes. Les rues et les avenues basses, au centre, s’écartent autour du Parc Alexandre, où sont cultivées les fleurs exotiques de toute partie de la galaxie ; où les vergers de cerisiers en pleine fleur où nous nous sommes baladés tous les deux, sont visibles, même depuis ce lieu à présence panoramique hautement élevée. On perçoit, vers la bordure où le pont qui relie l’île au continent à l’autre côté du golfe engage son défilé de vingt-deux kilomètres, la rangée des immeubles uniformes et solennels de l’université dont je fus le plus mauvais étudiant en physique et systèmes universels à en avoir poussé la porte…

« Vous désirez, Monsieur ? demande le serveur.
--Un café, s’il vous plaît. Avez-vous un plat du jour ? Et, serait-il possible d’avoir les infos ?
--Puis-je vous proposer une bonne omelette ? Est-ce que cela vous ira ?
--Très bien, merci.
--En ce qui concerne les infos, elles ne parlent que de la guerre. Ce n’est pas très apaisant, mais je vous l’apporterai. »

Alors que le serveur disparaît en direction de l’intérieur du café, la gravité de sa dernière phrase me frappe comme s’il m’avait dit qu’il sortait avec ma mère. Nous sommes en guerre ? Depuis quand ? Comment aurais-je pu l’ignorer ?

Le serveur s’en retourne avec mon café et un minuscule boîtier noir de la taille d’un dé, coiffé d’un petit luminaire. Il les pose sur la table devant moi, et avec un gentil sourire, il s’en va, me laissant ruminer la révélation de l’instant. Encore ce troublant trou de mémoire me vexe. Dans la même mesure où je ne savais pas que nous fussions en guerre, c’était comme si je le savais d'ailleurs, mais… Dans le scintillement de la lumière dansant sur la surface de la table et sautant dans le vide en dessous, le trou dans ma mémoire s’ouvre brusquement et très largement. Quelques gouttes de cette lumière presque liquide tombent dedans. Il y a quelque chose d’autre que j’oublie. Quelque chose d’une importance extrême…

Je touche au petit boîtier. Respublia Galactica, dis-je à voix basse, sollicitant connexion au réseau d’information diffusé en permanence. L’image holographique d’une jolie présentatrice bleu-vert et subtilement écaillée du système Pisces apparaît en trois dimensions au dessus du luminaire. Elle parle si gentiment que les horreurs qu’elle raconte ne semblent guère jointes aux images inimaginables qui se déroulent, superposées les unes aux autres par-dessus d’elle. Bouche bée, j’observe les cataclysmes démontrés, tout en écoutant la voix délicate et chantante de la belle poisonnette. Je ne crois plus à mes sens ! La quatrième planète du système Cygnus a été dévastée piteusement ; là où vivait un jardin-paradis d’une verdure pétillante d’expressivité, une ancienne société fondatrice, d’une richesse en arts, en philosophie et en culture littéraire connue à travers la galaxie entière – que nous avons récemment visitée – n’est actuellement qu’un océan de roches carbonisées, infécond et dépourvu de toutes les formes de vie qui y florissaient. Un autre beau monde où nous avons séjourné, Sham-ni, n’est plus là, l’intégralité de la planète ayant été pulvérisée, remettant un brouillard d’astéroïdes à sa place en orbite autour de son étoile qui ne sera jamais plus appréciée à son aube radieuse.

Le serveur arrive avec mon assiette, sur laquelle est présentée une belle omelette, aux oignons, parsemée d’herbes fines et entourée de fruits rouges, jaunes et verts. La présentatrice poursuit son reportage, révélant que ‘selon les estimations les plus récentes, la vague de destruction a déjà fauché plus de cinquante milliards d’âmes’. Pour aussi beau que soit mon plat, je perds tout appétit.

« Mais… pourquoi ? vocalisé-je.
--L’envie, dit le serveur. L’Union représente, en quelque sorte, une utopie. Notre système économique les insulte. Sa force et sa productivité sans servage sont inconcevables chez eux. Ils ne peuvent ni les conquérir, ni les asservir, ni s’en servir. Ils ont alors choisi de les estomper.
--Cela me semble illogique, et sauvagement antithétique à… »

Je ne finis pas ma phrase. Un flash, un petit perçu trop rapide pour capture, me donne encore l’envie brûlante de me remémorer cette chose pressante qui s’élude. Comme par automatisme, je tire mon chéquier de la poche de ma veste.

« Puis-je avoir l’addition, s’il vous plaît ?
--La quoi ? répond-t-il.
--Excusez-moi, dis-je en feuilletant le curieux objet dans mes mains. J’étais… ailleurs. »

Je jette le chéquier sur la table, et sors de la terrasse, m’acheminant sur le cours vers la passerelle jointe au viaduc qui mène à la tour que nous appelons chez nous. Le souvenir fugace me reviendra forcément à la maison, où par ailleurs, je désire très sincèrement te retrouver, et te faire savoir exactement à quel point je t’aime. J’ai besoin de t’effleurer les lèvres, de t’embrasser sur le front et de te tenir fort contre moi, à l’abri de tout péril. Comme si, comme si…

XII
Tu te fais chier… jeudi

Tu es étalé sur le canapé devant la télé, zappant entre chaînes sans discerner précisément ce que tu viens de passer. Tu l’éteins. Tu te sens tout sauf blasé, tu joues de la guitare, tu écris, tu dessines… tu te reposes. Tu trouves maintes façons de canaliser la créativité générée dans ton désir de mettre en ordre le dernier aspect de cette maison qui reste désordonné — notre couple. Toujours pas de nouvelles. Contrairement à ton habitude, ton portable est constamment à portée de main, au cas où il sonnerait.

Il sonne. C’est Sam. Tu ne décroches pas. Tu n’es fâché ni contre lui, ni contre Fred. Même pas non plus contre Lolo, bien que lui, peut-être exprimerait-il une affaire différente. Tu n’as carrément pas la tête à ça.

Tu t’autorises de nouveau un essai à l’appel. Tu entends une sonnerie venant de la chambre. Tu te lèves, et suivant le son, trouves mon portable dans le tiroir de la commode à côté du lit. Toutefois, tu ne raccroches pas sur le coup. Il continue à sonner. C’est pas vrai, dis-tu. Monsieur le professeur est parti voyager sans son portable. Ben, il a au moins deux appels en absence. Tu réfléchis un moment. C’est pas comme s’il n’avait jamais eu droit à ma messagerie…

Tu as encore l’écho de la logique selon Lolo dans l’oreille. Ce qu’il disait n’était pas très brillamment énoncé, mais il correspondait à ce que tu avais pondéré toi-même de temps à autre, et récemment assez souvent.

De retour dans le salon, tu allumes la radio pour fournir un fond sonore à ton indétermination. Tu ne veux plus rester là à tourner en rond, par toutes les pièces dans lesquelles tu circules sans but, mais tu ne veux pas sortir non plus.

Je suis un mec, et je suis avec un mec. C’est con. Ce mec n’est même pas là. En quoi précisément est-ce con ? demandes-tu à personne en particulier. J’ai eu des copines. J’ai joué au jeu : ‘les filles jouent avec les poupées, les garçons avec les voitures’. En fin de compte, tout le monde joue à ce qui lui apporte quelque chose… et justement, tout ça n’est qu’un jeu.

France Inter diffuse un reportage sur une guerre quelconque. Tu n’as pas la tête à ça non plus. Tu éteins la radio. L’Amérique à son meilleur, dis-tu.

Tu allumes quelques bougies, et deux bâtonnets d’encens au lotus bleu. C’est plutôt une habitude de Monsieur le professeur, mais tu trouves qu’en ce moment cette ambiance apaisante te fait du bien. Tu mets également l’un de mes disques de musique douce et triste, celle dont tu m’as dit qu'elle te donnait envie de te tirer une balle. Avec l’atmosphère ainsi assaisonnée, tu me parles, tu me dis à quel point tu as peur et te sens perdu—et à quel point tu dépendais de moi pour te chercher dans ce monde énorme.

Le balancement hypnotique du tic toc tic de la pendule te console, conseillant que, quelque part, quelque quand, tu t’es fait entendre.

Tu rentres dans la chambre. Tu reprends le petit écureuil en peluche que tu avais voulu, et j’ai fouillé la moitié de la France pour te le trouver. Tu le mets sur le lit avec délicatesse comme si tu y plaçais un reliquaire. Tu es ému, et te rends compte à quel point un petit rien a le pouvoir de créer un si grand plaisir, encore qu’il soit réellement trop con. Tu pousses un rire pensant à la finesse de Lolo, et au jour où il a offert une cartouche de cigarettes à sa copine pour son anniversaire. Quelle catastrophe, ce gars…

Tu t’allonges sur le lit, et avec ton petit écureuil, tu t’endors dans la solitude d’une sûreté que tu n’avais jamais reconnue.

XIII

L’ascenseur scénique, comme une bulle d’air glissant sur la paroi d’un gobelet submergé, escalade la tour d’une rapidité vertigineuse. Mon regard n’a pas quitté le paysage de la ville en bas, comme si par un quelconque effet surhumain, je pouvais discerner avec clarté les individus particuliers circulant des centaines de mètres en dessous de moi. L’ascenseur se ralentit à l’approche de l’étage où nous habitons, et change le sens de son trajet pour coulisser horizontalement jusqu’à notre balcon du 51ème. J’en sors, et sans bruit, il abandonne le balcon, encore à la verticale vers les étages au dessus.

L’appartement sent ma présence, et les lampes du salon s’allument d’une lueur douce et en harmonie parfaite avec la luminosité du jour, filtrée par l’opacité du dôme et la distance de ses apertures à la périphérie de la ville. Tu n’es pas là. Je trouve un mot de ton écriture presque illisible, sur la table.

Moi aussi, je suis désolé, te dis-je avec un sourire. Et moi aussi, je t’aime. Il me semble d’avoir déjà vu ce message, dans un rêve, écrit pareillement sur une feuille très semblable.

J’enlève ma veste et la lance nonchalamment sur le canapé. De la poche intérieure tombe une enveloppe. Je la ramasse, et la retourne d’un côté puis de l’autre. Ensuite je l’ouvre.

Comme je la frise de mes yeux, la date saute férocement sur l'entièreté de mon être, remplissant le trou de ma mémoire avec toute la force d’une avalanche et me couvrant de la terreur la plus saisissante qu’un mortel puisse éprouver. Paralysé dans le silence d’un cri strident d’angoisse qui n’arrive pas à s’échapper de la profondeur de tout mon demain, je reste là, ton mot dans une main et ton destin dans l’autre.

Je suis parti de cette planète hier ! Tu ne le savais pas. Et, si seulement je t’avais emmené avec moi…

Traversant le salon en un seul bond, j’arrive à la limite du balcon à peine à un millimètre d’une chute fatale de la hauteur de notre résidence.

Descente ! hurlé-je pour appeler l’ascenseur.

XIV
Tu te changes les idées… vendredi, samedi

Le calme, le silence, l’ennui… Est-ce que les murs possèdent des oreilles ? Les murs possèdent tous les sens. Les murs, le sol, les poutres… tout ce qui compose un lieu emmagasine, dans les archives illimitées, tout ce qui s’y passe. L’amour, comme la peur, laisse des traces. Seulement dans le silence d’un espace vacant peut-on apercevoir les souvenirs d’un endroit, soit par la grotesque gloire d'un champ de bataille, soit par le chaleureux chagrin d’une simple maison.

La maison a connu des révoltes populaires, et de joyeuses fêtes. Elle a connu la guerre et la paix. La politique et le sport. Elle a hébergé des crétins, des vauriens, des putes, mais aussi des familles, des enfants, des mères, des grand-mères, des jeunes et de vieux couples. Elle a connu l’amour en toutes ses formes. Elle en est satisfaite.

Toute la peine et tout le plaisir humains sont le plus souvent construits par les petites choses tout à fait insignifiantes, et surtout trop connes. La beauté de la vie se trouve dans la préférence d’avec qui on partage les choses ordinaires. Sa laideur se fait en tous les mensonges qui dénaturent cette réalité bellement créatrice. L’être humain est très susceptible au conformisme aux paradigmes erronés, quels qu’ils soient. Ainsi, l’envie de conquérir, d’asservir et de se servir se prouve être le pire ennemi de l’union entre ceux qui s’aiment naturellement.

Étant parti chez des amis hier en fin de matinée, tu rentres le soir du samedi, content de ton court séjour à la campagne. Les barbecues chez Toufik et Patti sont à chaque fois de véritables festins bien arrosés. Ça fait du bien. Tu déposes ton sac à l’entrée de la chambre pour le défaire plus tard.

Les idées changées pendant à peine trente-six heures, tu te trouves à nouveau confronté à la solitude, elle, armée jusqu’aux dents avec ton inquiétude. L’appartement est toujours en ordre, propre et accueillant. Ça ressemble à une couverture de magazine, penses-tu. Beau, mais dépourvu de vie. Il n’y a pas signe d’une présence humaine récente, pas de mégot dans le cendrier que tu avais quelque part espéré voir garnis d’un ou deux. Il y a cependant, quelque chose. Comme l’ombre d’un sentiment, l’anticipation d’un souvenir ou la douce mélancolique nostalgie d’un lieu inoccupé de qui y demeure.

Le mot que tu avais laissé sur la table à l’entrée n’a pas été déplacé, n’a pas été non plus lu.


Tu traverses le salon dans l'ombre et regardes par les fenêtres le paysage nocturne de Lyon, de la Croix Rousse jusqu’au bout de la Presqu’île parsemé des lueurs des lampadaires. Tu lances, comme par écho à un appel que tu n’as pas entendu à temps, dans le vide au dessus des clochers de St. Nizier et la tour du Crédit Lyonnais, un cri de ton cœur : Où es-tu ?


XV

Parvenu sur le viaduc qui mène à quelques pas de la cours des Pléiades, je cours, et je crie. Je te cherche avec tous mes sens dans la foule anormale rassemblée dans maintenant toutes les avenues de la ville. La panique est partout et totale. Toutefois, je te cherche désespérément ; je ne te trouve nulle part. Le marché est une scène chaotique, et il semble que tu ne sois plus là. La foule se meut en masse, bourrant les transports, et courant, bousculant et poursuivant un tragique rien, perdu depuis déjà des générations. Moi, je suis le seul malheureux qui sache à quelle fin ils courent.

Ils arrivent sur nous ! crie-t-on. L’horreur générale de toute une civilisation condamnée résonne de partout, hideusement amplifiée par le dôme qui relance les réverbérations de toutes les clameurs.

Je ne cours pas avec la foule, mais je cours. Passant par tous les quartiers entre la cour des Pléiades jusqu’au parc, je ne te trouve point. Tu es où ? Je me contrefiche absolument du café, de tous tes petits caprices, de toutes tes nuits blanches, de la cuisine, du salon ou de mon sommeil. Où es-tu ? C’est la fin du monde, la fin de mon monde, et la fin d’un secret gardé trop bien, pendant trop longtemps.

Arrivé au parc désert, je continue à courir, à te chercher en tous les coins de mes souvenirs encrassés de regret. Le tumulte de la population prise et surprise par l’inévitable jour ultime vrombit toujours autour de ce beau quadrangle aux grossièretés désormais permissibles, autorisées par le pouvoir de l’instinct de survie. Les plantes exotiques semblent, elles aussi, frémir de peur, tandis que les rangées de cerisiers ne portent ni fleur ni fruits, en défiance de tous les avenirs désirés par toutes les postérités de ceux qui s’y baladaient tous les deux.

De quartier en quartier, de rue en rue, je cours, je te cherche, je crie ton nom à l’épuisement de mes poumons. Tout ce temps que je me convaincs que je peux si facilement vivre sans toi se résume en cet épilogue ridicule : Je ne veux ni vivre ni mourir sans toi, tellement je t’aime ! Où es-tu ?

Au spatioport, la manifestation est violente. Les embarcations décollent deux ou trois en même temps, surchargées de ceux qui deviendront nos réfugiés autre part. Je ne peux plus courir. Je scrute la masse humaine devant moi de mes yeux rougis de larmes et de sueur, affamés de te recevoir au moins une dernière fois. Es-tu là ? Es-tu déjà en sûreté loin d’ici ? Mon cœur, mon amour, ma toute naturelle surréalité, où es-tu ?

Une petite main me touche au pantalon. Ma réflexion fracturée, je vois enfin le visage d’un petit garçon, agrippant une espèce d’écureuil en peluche, apparemment abandonné par la frénétique négligence de sa famille. Il se vérifie qu’il est effectivement perdu.

Nous le sommes tous, mon p’tit…

Je l’amène par la main et le confie à un policier qui a renoncé à toute tentative inutile de contrôler le public terrifié. En m’éloignant d’où je les laisse, avec un dernier regard, je remarque que l’agent indique quelque chose dans le ciel au garçon. J’espère que ce n’est qu’un nuage…

La première des bombes quantiques, conduite par son rayon particule d’une puissance de feu obscène, explose par-dessus le dôme. Puis, une autre. Là, encore, une autre… Où ce matin cascadait une jolie pluie de lumière dansante, tombent ce soir les morceaux du parasol qui faisait danser les rais. D’une part à une autre, les lourds copeaux du dôme écrasent les gens toujours en fuite futile de la ville mourante.

Des deux dernières embarcations, l’une explose, touchée où elle attendait le signal du départ, l’autre s’apprête à partir malgré la multitude qui a envahi le tarmac et qui se presse contre elle. Ses ailes se déploient, repoussant ces infortunés qui essayent de s’y cramponner. Certains se font moudre comme des insectes par le train d’atterrissage, se repliant en dessous comme les serres d’un aigle qui prend son vol. Ces misérables tombent, sur le tarmac ou dans la mer, et se brisent comme la fierté et l’honneur de toute notre race.

Le vaisseau, un spécimen du meilleur de la technologie organique, se lance vers l’espace. Soudain, accompagné d’un bruit à mi-chemin entre un hurlement de mortification et le crissement d’une lame parée, l’embarcation, par impact des armes ennemies dépourvue de ses ailes gracieuses, chute en spirale et en flammes dans la violente mer vexée de son impuissance.

Résigné à subir toute la justice karmique d’une galaxie démente que mon peuple a vraisemblablement provoquée, je me retourne vers l’enceinte de la ville. Par le dôme, actuellement morcelé et grand ouvert au dessus d’où les cinq tours se sont effondrées en poudre, avec tous leurs ponts naguère si majestueux, je vois le bombardement final se projeter sur nous en notre instant terminal.

Où es-tu ? chuchoté-je alors que la brillance équivalente à celle de mille astres éblouit toute ma vision. Mes yeux fondent, mes bras, mes jambes et tous les membres de mon corps s’évaporent. Je suis mort avec mon monde cette fois, mais je ne suis pas mort à tes côtés. Cela est une dette karmique trop chère à payer, je m’y oppose !

La chaude tempête de l’attaque ne se calme pas en vent étrangement froid. Elle le devient complètement et instantanément, tout comme si rien de ces dernières minutes n’était qu’un cauchemar halluciné dans la stupeur d’une intoxication accidentelle. Je suis tout à fait en vie, et tout autour de moi, la dévastation se répand de la falaise jusqu’au point le plus lointain de ma vue. Tout est froid, tout est ordure, tout est oublié. Je fais un pas, et là, d’un tas de petits os, je recueille les restes poussiéreux d’un petit écureuil en peluche.

Seul, le plus seul que l’on n’a jamais été depuis le début de l’univers, je regarde en direction de la mer irascible de cette même solitude imposée. Et moi ? Emporte-moi aussi, murmuré-je dans le vent. Un éclair s’étend d’un point inconnu dans la coupole d’un ciel contempteur jusqu’à…*

XVI
Tu fais le marché… dimanche

Le ciel s'éclaire sur une France couverte et pluvieuse. Tu prends ton temps ce matin à déjeuner et prendre ta douche, tout avec le même enthousiasme que si tu allais assister à un enterrement. Ton café a moins de goût, tes croissants l’appétence de papier carton. La possibilité que je ne m'en reviendrai jamais s’est confortablement installée à ma place à table. Tu résistes à lui parler.

L’appartement est toujours en bon ordre. Tu te félicites pour ton efficace gouvernement de toi-même ces derniers jours — à part l’incident avec Lolo mercredi. Quoi que… Tu ne regrettes que de l’avoir actualisé trop tard, et pas avant que ta propre guerre civile ne fasse autant de dégâts.

Tu penses à prendre un journal lors de ton passage au marché. Il faut chercher un autre appartement. Tu ne veux rester ici, avec tous les vieux échos d’un passé qui aurait été plus heureux avec un peu moins d’orgueil. Des deux côtés, bien sûr.

Tu descends sur le quai de la Saône, et dans la foule animée au marché. Pour autant, tu te sens tout seul. Tu as tellement envie de hurler Je t’emmerde, mais tu penses que la petite vieille dame qui te gênait pour passer le prendrait assez mal.

Tu prends tes courses par habitude, aucune d'entre elles n'inspirant ton appétit. Tu jettes un bref coup d’œil dans la direction du Bistrot de la Pêcherie, mais prendre un café au milieu d’une telle foule ne te tente aucunement. Tu veux être solitaire, sans être seul ; tu veux parler, pleurer, rire… tu veux savoir où tu en es maintenant… et où j’en suis… et pourquoi le ‘nous sommes’ dans l’équation a été si variable.

XVII

*…l’autre côté du Rhône, dans la direction de Villeurbanne. Le rapport du tonnerre me secoue du vertige de ma relocalisation, et comme les premières gouttes de pluie descendent sur Lyon en cette fin de matinée comme le rideau qui clôt l’opéra, mon regard balaye brièvement le paysage à la fois vénéré et incompréhensible de cette ville relativement récente. Le fleuve en dessous d’où je me trouve de nouveau sur la Passerelle du Collège va contremont lentement, comme écrit Scève, vers sa Saône, déjà vexée de son retard. Je ne me souviens pas de ma promenade jusqu’ici, mais, d’une clarté occulte et mélancolique, je me souviens de tout mon passé. Tout.

En plus, je sais où tu es…

Je n’ai jamais fait le trajet entre le 6ème et St. Paul si vite. Je pianote le digicode de la porte avec un enthousiasme ahurissant, et puis, me lance sur la montée des escaliers d’une force renouvelée en passant chaque marche. J’arrive à l’étage au moment-même où tu ouvres pour rentrer avec tes courses. Je m’arrête. Je te regarde, toi, la plus belle chose que ces yeux ont perçue dans toute une galaxie. Tu m’as manqué, mais c’est moi qui t’avais éloigné par mon arrogance absurde. Plus jamais ne te ferai-je cela.

Tu me vois là, devant toi, avec sur mes lèvres un sourire que tu n’as pas vu depuis trop longtemps. Sans un mot, tu sautes sur moi, fermant les bras autour de mon cou si bien que, pour un instant, je crois que tu vas m’arracher la tête. Nous restons là un temps, et alors que mes bras te serrent, je retrouve la familiarité que j’ai toujours considérée de haut. Comme si par un quelconque effet surhumain, je pouvais m'écarter avec un génie erroné des individus particuliers circulant dans un monde trop banal en dessous de moi. Quelle ânerie !

Tu me lâches, et avant que je ne perçoive ton intention, tu me sonnes d’un coup de poing qui manque m'envoyer voler par-dessus la rampe de l’escalier.

« Je mérite ça, je crois… dis-je en comptant les étoiles qui m’encerclent la tête et me frottant le mâchoire que tu as échoué de très peu de faire décoller de mon visage.
--La prochaine fois que tu veux disparaître pendant une semaine entière, tu pourras peut-être penser à me le dire ! Tu m’as fait trop peur, enfin…
--Franchement, je croyais que tu t’en foutais. »

Nous rentrons dans l’appartement où rien n’est hors de place. Je m’étonne de voir ce logement d’une propreté si minutieusement soignée. Le salon est propre, sans vêtement qui vagabonde, les journaux de la semaine sont alignés dans le porte-magazines, les livres sur la bibliothèque, les meubles sont nettoyés et dans l’air reste l’odeur agréable de l’encens au lotus bleu. La chambre est belle et éclairée, le lit dressé en draps propres, la couette dans sa house, et nos habits classés méticuleusement dans le placard. Dans la cuisine, la vaisselle est faite, essuyée et rangée. L’évier et le plan de travail brillent sans la moindre tache. Je ne peux étouffer le rire qui me fuit lorsque je remarque le stockage de café de dingue que tu as fait à côté de la cafetière.

Tu m’observes, pendant que je fais mon circuit, cherchant tout indice qui témoignerait de mon état émotionnel. Avec la satisfaction que je sois visiblement heureux, ton énervement cède à ton contentement de mon retour à la maison. Je m’installe dans le salon et tu viens près de moi.

« Honnêtement, je m’en foutais… mais pas de toi. Plutôt de moi. Je ne suis pas comme toi ; je voulais que tu me poursuives, que tu me cherches. Je voulais voir à quel point… mais en même temps je craignais que tu ne le fasses pas, que tu en aies marre de moi.
--Tu ne sais même pas comment je t’ai cherché, te dis-je, une fois que je me suis rendu compte des conséquences. Non, tu n’es nullement comme moi. Et ça c’est plutôt bien. J’étais si con. Je n’aurais jamais cru une histoire pareille. Tu me pardonnes ?
--Ça dépend, tu étais où ? Tu me la racontes ?
--Pas tout de suite. J’étais, en quelque sorte, en pèlerinage. Mon cœur, continué-je, sois avec moi… Reste avec moi… Meurs avec moi. »

Cette dernière réclamation te semble assez morbide, mais tu présumes que par sa place dans le cortège de tous mes mots dont je me sers pour exprimer l’affection, ce devait être tout de même quelque chose de sympathique à la base. Tu fixes un point sur le paysage de la ville, quelque part au-delà de la tour du Crédit Lyonnais. La pluie cesse, et le ciel couvert accorde une ouverture pour nous montrer un soleil mémorable.

« Tu penses à quoi ? te demandé-je.
--Je ne veux pas t’en parler, me rétorques-tu, cette fois avec ton sourire rusé contre lequel je n’ai aucune défense. »

Tu te lèves et vas dans la cuisine. Je reste un moment où je suis, sachant ce que tu ne voulais jamais dire chaque fois, et pourquoi chaque toi & moi entre qui ces phrases se prononçaient, étions si isolés. Je te suis, là où, d’ailleurs, je satisfais à mon désir de te retrouver, et te faire savoir exactement à quel point je t’aime. Je t’effleure les lèvres, t’embrasse sur le front et te tiens fort contre moi, à l’abri de tout péril. Malgré les disputes pour toute chose réellement trop conne, je voulais te sauver, nous sauver, et chaque fois, je ne pouvais. Cette fois, je réussis.


Une semaine d'agacement ou trois cents siècles d’oubli, le temps, tant que l’on le perçoit, n’est qu’un enchaînement d’instants. Le vécu d’un événement effacé de toute mémoire dans l’espace d’une journée passée à une époque recelée où tu vivais huit jours d’introspection m’a assurément rappelé cette chose d’une importance extrême : de tous les mondes et tous les êtres de ce vaste et magnifique univers, de quelque forme qu’ils soient, où qu’ils soient et quelles que soient les circonstances, il n’y a qu’un seul et unique exemplaire précieux de chacun de nous. Quelle est la probabilité de connaître un partage de la vie avec quelqu’un en ce lieu et en ce temps ? Toutes les prises de tête pour les causes trop connes perdent leur gravité en comparaison. La bénédiction incroyable est là, devant nos yeux, maintenant.

Le prix d’un état parfait est trop élevé, et rien ne peut empêcher l’envie de venir avec toute la force de la haine qu’elle suscite, et de détruire toute belle chose sur son chemin. Mieux vaut laisser payer les poètes et les philosophes – je ne veux pas d’état parfait. Je veux rester là avec toi, ici et maintenant. Le moment n’est que rarement et très éphémèrement le notre, mais il revient avec régularité, comme la floraison des cerisiers parmi lesquels nous nous promenions et nous promènerons tous les deux. Et tant que tu es là, je suis résolu de m’en réjouir si pleinement de cette bénédiction incroyable—dans le moment présent, exactement comme il est, comme nous sommes. Chez moi, mon pèlerinage accompli, je me rends compte de sa sainteté. Chez moi, je l’ai et j’y suis pour de vrai.

Ça ne vaut pas la peine d’en parler… te confirmé-je. Je le sais… je ne l’oublierai plus jamais.
Alexandre Orion
mai 2007

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
19 May 2012 10:16 #61007 by Alexandre Orion
Une seule chandelle
Dans les minutes avant que le Jour
Ne mette au repos la Nuit,
La douce lueur d’avant l’aube vient ;
Une placide vision me bénit :
Ta forme paisible, intemporelle,
Dans la lumière d’une seule chandelle…
Je grave ton image sur mon âme—
La Plus belle de toute la Vie—
Ta tête posée sur mon épaule ;
Mon cœur va à sa fantaisie :
La notre saison confidentielle
Dans la lumière d’une seule chandelle…
D’où un cortège de brefs instants
Paradent devant mes humides yeux :
Notre promenade dans le Jardin
Au soir, dans le lustre de l’heure bleue :
Et bien tels moments m’interpellent
Dans la lumière d’une seule chandelle…
Comme des enfants, légers & libres,
Prenant ma main, nous fîmes détour ;
Un chemin plus long mais plus beau
En passant par une jolie cour :
Là, ton innocence essentielle,
Dans la lumière d’une seule chandelle…
Tu me ramènes de mes mémoires
Comme contre moi tu te pelotonnes,
Tirant mon bras autour de toi ;
Emu, épris, je te pouponne :
Pour ta sûreté existentielle
Dans la lumière d’une seule chandelle…
A l’Est, le bleu ciel s’éclaircit
Or, le soleil pleinement levé
Met au repos la Nuit, et nous,
Tous deux, dormons à la clarté :
Voici ma Passion immortelle,
Voilà s’éteint la seule chandelle.

-- Alexandre Orion

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson
The following user(s) said Thank You: Mello

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
19 May 2012 15:11 #61023 by Reliah
Replied by Reliah on topic From time to time a poem
I should have payed far more attention those two years I took French..

...

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
19 May 2012 15:14 #61024 by Alexandre Orion
Get ren to help you Reliah, or me ... I'd love to ....

Or Dictionary.com has a good translator ... but just go a word at a time, otherwise it will baffle the text.

How can I help ?

"Chaque homme a des devoirs envers l'homme en tant qu'homme."
~ Henri Bergson

Please Log in or Create an account to join the conversation.

Moderators: KobosBrick